Orientation

[Partage d'expérience] Retour d’expérience de la rentrée 2019 placée sous le signe de la réforme du lycée, et conseils sur la mise en place de projets d’orientation

Retour d’expérience de la rentrée 2019 placée sous le signe de la réforme du lycée, et conseils sur la mise en place de projets d’orientation.
Interview de Madame Leseignoux, conseillère d’orientation et chargée de la gestion des manuels scolaires, au collège-lycée Saint André à Colmar (établissement de 1500 élèves).

Pour accéder à la version audio : http://bit.ly/2QVN7sD

Pouvez-vous nous expliquer comment s’organise l’orientation dans votre établissement ? 


Depuis que nous avons su que cette réforme se mettait en place et que le temps horaire consacré à l’orientation était plus important, nous avons réfléchir à une nouvelle organisation. 
La direction a décidé de mettre en place un système de formation pour nos professeurs principaux et ceux amenés à faire les spécialités et les enseigner. Ainsi, nous avons développé avec ICA (Institut de Coaching Alsace) qui a une branche orientation, des séances à destination des élèves de Seconde. Les élèves de Seconde l’année dernière ont été les « cobayes » de ces séances, parce que les professeurs étaient formés en même temps qu’ils dispensaient ces séances aux élèves. 
Cette année, c’est bien plus clair, depuis début septembre, les élèves ont 2h par semaine avec leur professeur principal ou un autre professeur volontaire, 2h de séance sur la connaissance de soi : connaître ses qualités, ses compétences et ses intérêts professionnels. 

 

Cela sort du programme classique ? 


Effectivement, ce ne sont pas des heures qui sont dévolues, c’est à titre indicatif. Et normalement, ces 54h sont réparties entre 2 semaines de l’orientation. Mais nous ne nous voyons pas immobiliser pendant une semaine les élèves et les professeurs ; et que faisons- des autres niveaux pendant ce temps ? Nous avons donc préféré faire quelque chose de plus étalé et qui permet un peu plus de réflexion. La réflexion et l’avancée dans la construction du projet se finalisent avant les vacances de Noël. 
Comme cette méthode leur aura donné matière à réflexion, le mois de janvier sera consacré aux salons (salon des Carrières, de la formation, etc). 
De notre côté, nous organisons le 15 février, un forum des études post-bac pour nos élèves de seconde pour les aider à choisir soit bac général soit bac technologique et surtout les spécialités du bac général. On le met en place cette année en invitant des anciens élèves de Terminale de l’année dernière, pour qu’ils puissent leur donner des conseils. Le but c’est de les aider dans leur réflexion et les accompagner dans leur choix de spécialités.  
Pour les élèves de classe de Première, nous leur présentons un panorama d’études supérieures et tout ce qui est mis à leur disposition pour qu’ils puissent se renseigner par eux-mêmes. Ce sont des présentations généralistes faites en classe.
On leur conseille les immersions, les portes ouvertes, on fait des points réguliers avec les professeurs principaux. Et enfin, les élèves ont des rendez-vous plus individuels avec moi. 
Ces rendez-vous ne sont pas obligatoires mais depuis le début de l’année j’en suis déjà à une cinquantaine de rendez-vous pour les élèves du lycée.  

 

Quelle communication faites-vous aux parents sur ce sujet ?


En Seconde, nous avons une réunion orientation Seconde et les parents sont invités. J’explique exactement ce que je présente en séance en classe entière aux élèves, à savoir les différentes spécialités, les différents bacs technologiques et les débouchés. L’intitulé de cette réunion d’orientation est : Quelles spécialités pour quelles études ?
Cette année, pour les élèves de Première, nous profitons de l’intervention des universités d’Alsace qui viennent faire une présentation en soirée aux élèves qui sont volontaires ; et nous dans la foulée, nous réalisons une présentation des modalités de contrôle continu, de Parcoursup …
Par contre, pour les Terminales, nous ne présentons Parcoursup qu’aux élèves et non aux parents parce que nous estimons que c’est à eux de s’inscrire, ce n’est pas aux parents de faire à leur place. 

 

Vous parliez aussi d’immersion en entreprise, comment favorisez-vous ce type d’immersions ? 


On en propose un en Seconde en fin d’année, fin juin, puisque comme nous sommes centre d’examens nos élèves de secondes sont libérés bien plus tôt qu’ils ne le devraient. 
Mais nous communiquons surtout en Première et Terminale sur les stages qui sont possibles pendant les vacances scolaires via des conventions avec la CCI. Nous n’avons plus le temps de banaliser une semaine pour faire un stage. Nous proposons aussi dans le cadre de notre spécialité Sciences de l’Ingénieur, des partenariats avec les entreprises les élèves réalisent des projets en partenariat avec des ingénieurs. 
Et enfin, toutes les autres immersions se font directement en école, à l’université, en première année de Licence, en BTS, en DUT, ... 

 

Un marché privé de l’orientation scolaire se développe, qu’en pensez-vous ? 


On est dans une conjoncture qui va tout à fait favoriser ce marché privé étant donné que les CIO ferment. Avec la loi de l’orientation, les compétences en matière d’orientation étaient transférées aux Régions. 
C’est pour cette raison que ces entreprises privées vont fleurir un peu partout mais j’émets quand même un bémol : faire attention aux coachs, qui ne disposent pas forcément de la formation adéquate.
Le métier de conseiller d’orientation, est un métier dans lequel il y a de plus en plus d’aspects psychologiques. Nous pouvons être formés au sens de l’écoute mais ce n’est pas suffisant. 
La facilité de mon travail dans mon établissement, c’est que je connais les élèves depuis longtemps, la plupart depuis la 5e. Tandis que dans les entreprises de coaching, l’élève arrive et pour que le conseil en orientation soit développé il faut payer les 10 séances pour arriver au bout de quelque chose. 
 

Partager l’article

Lire aussi

événement

 

Du 30/11 au 02/12, nous serons présents au salon du numérique éducatif, EDUC@TECH EXPO, sur le stand F20/G23.

événement

 

Les RDV du numérique éducatif proposent de découvrir autrement des ressources numériques triées sur le volet, utiles aux enseignants en classe ou hors la classe.

Partenaire

Un média de vulgarisation scientifique sans publicité